Antigel - GISÈLE VIENNE

 

GISÈLE VIENNE

L’Étang

Mar, 2 février

20H30 - (Portes: 19H30)

Salle des fêtes du Lignon, Vernier

Mer, 3 février

20H30 - (Portes: 19H30)

Salle des fêtes du Lignon, Vernier

Jeu, 4 février

20H30 - (Portes: 19H30)

Salle des fêtes du Lignon, Vernier

Ven, 5 février

20H30 - (Portes: 19H30)

Salle des fêtes du Lignon, Vernier

D’après Der Teich (L’Étang) de Robert Walser

Pièce après pièce, Gisèle Vienne dessine un parcours artistique d’une puissance poétique confondante, qui sillonne dans les pénombres de l'âme humaine.

On l’avait découverte en 2011 lors de la première édition d’Antigel avec son « Eternelle Idole » à la Patinoire des Vernets. Dix après, Gisèle Vienne revient au festival avec la collaboration de la Comédie de Genève pour un spectacle bouleversant, dont la puissance poétique nous plonge dans les eaux profondes de l’étrangeté.

Cette fois-ci, elle choisit d’adapter la seule pièce écrite en suisse-allemand de Robert Walser (1878-1956), L’Étang, que le jeune auteur alors âgé de 24 ans dédie à sa sœur.

Au centre de ce drame se joue le tourment d’un enfant qui se sent mal aimé de sa mère, et qui au comble de son désespoir, simule son suicide dans un étang. Redoutant son retour à la maison, c’est au contraire un dialogue trouble et amoureux qui s’instaure avec elle. Sur scène, deux comédiennes assument le récit et en font surgir les ambiguïtés, les non-dits, les sous-textes. La représentation, sciemment troublante, connecte la relation fictive décrite par Robert Walser à celle, réelle, qui se trame entre les actrices. Cette vertigineuse mise en abyme est servie par les exceptionnelles Adèle Haenel et Ruth Vega Fernandez.

Durée : 1h30

En coproduction avec La Comédie de Genève et le Service de la culture et de la communication de la Ville de Vernier

GISÈLE VIENNE - Metteuse en scène

Née en 1976, Gisèle Vienne est une artiste, chorégraphe et metteure en scène franco-autrichienne. Après des études de philosophie et de musique, elle se forme à l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette. Elle travaille depuis régulièrement avec, entre autres collaborateurs, l’écrivain Dennis Cooper, les musiciens Peter Rehberg et Stephen O’Malley et l’éclairagiste Patrick Riou.

Dix pièces mises en scène par Gisèle Vienne tournent régulièrement en Europe et dans le monde dont I Apologize (2004), Kindertotenlieder (2007), This is how you will disappear (2010), LAST SPRING : A Prequel, installation pour une poupée robotisée (2011), The Ventriloquists Convention (2015) et Crowd (2017). En 2020 elle crée avec Etienne Bideau-Rey une quatrième version de Showroomdummies au Rohm Theater Kyoto, pièce initialement créée en 2001.

Depuis 2005, Gisèle Vienne expose régulièrement ses photographies et installations. Elle a publié un livre + CD Jerk / Through Their Tears en collaboration avec Dennis Cooper, Peter Rehberg et Jonathan Capdevielle en 2011 et un livre 40 Portraits 2003-2008, en collaboration avec Dennis Cooper et Pierre Dourthe en février 2012.

Gisèle Vienne prépare actuellement une mise en scène du texte de Robert Walser l’Etang dont la première aura lieu au TNB à Rennes en novembre 2020.

ADÈLE HAENEL

En 2006 Adèle Haenel tourne avec Céline Sciamma dans le film Naissance des pieuvres, pour lequel elle est nommée au César du Meilleur Espoir Féminin. A partir de 2010, elle enchaine les tournages en alternant les collaborations avec des jeunes auteurs sur des premiers et deuxièmes films avec des metteurs en scène plus confirmés. Elle tourne notamment dans L’Apollonide de Bertrand Bonnello, L’homme qu’on aimait trop d’André Techiné, Les ogres de Léa Fehner, La fille inconnue des frères Dardenne, 120 battements par minute de Robin Campillo, En liberté de Pierre Salvadori et Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma. Nombreux des films auxquels elle collabore sont sélectionnés au festival de cannes. Elle obtient en 2014 le César du Meilleur Second Rôle Féminin pour son rôle dans Suzanne de Katell Quillévéré, puis en 2015 celui de meilleure actrice pour son interprétation dans le film Les combattants de Thomas Cailley. Parallèlement au cinéma, elle fait ses débuts au théâtre en 2011 dans une mise en scène de La mouette par Arthur Nauzyciel et alterne depuis lors projet de théâtre et de cinéma.

RUTH VEGA FERNANDEZ

Née de parents espagnols, Ruth Vega Fernandez a grandi entre l’Espagne et la Suède où elle se forme à la danse à l’Académie de danse et à l’Opéra Royal de Göteborg. Elle arrive en France à 17 ans après avoir vécu aux Etats- Unis. Elle intègre l’ENSATT (École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) comme première élève comédienne étrangère. À la sortie de l’école, elle intègre la troupe du TNP (Théâtre National Populaire de Lyon) et joue sous la direction de Christian Schiaretti pendant quatre ans.

De retour en Suède, elle obtient un des rôles principaux dans la série Upp Till Kamp, aussi connu sous le titre How Soon Is Now (prix FIPA d’Or et Prix Italia). Elle y enchaine par la suite des premiers rôles au cinéma, à la télévision et au théâtre. En 2017, elle est nommée meilleure actrice dans un second rôle pour Gentlemen realisé par Mikael Marcimain. De retour en France, elle crée Ivanov avec la Compagnie Extime et interprète le rôle d’Anna Petrovna pendant trois ans. En 2013, elle crée et joue dans Scènes de la vie conjugale avec tg STAN, pièce qu’elle tourne en

France et à l’étranger jusqu’en 2016. En 2016, elle tourne dans Cannabis, série réalisée par Lucie Borleteau. En 2017, elle participe à Occupation Bastille, projet dirigé par Tiago Rodrigues au Théâtre de la Bastille, puis joue dans Bovary également mis en scène par Tiago Rodrigues. Bovary sera en tournée jusqu’au printemps 2020. En 2019 et 2020, elle joue également dans L’amie prodigieuse au Théâtre National de Stockholm en Suède.

CRÉDITS & DISTRIBUTION

Conception, mise en scène, scénographie : Gisèle Vienne
Interprétation : Adèle Haenel et Ruth Vega Fernandez
Direction musicale : Stephen F. O'Malley
Musique originale : Stephen F. O’Malley & François J. Bonnet
Lumière : Yves Godin
Dramaturgie : Dennis Cooper et Gisèle Vienne

Salle des fêtes du Lignon, Vernier

De l’audace et de la générosité : Le Lignon est à l’aise avec les superlatifs. Véritable exploit architectural réalisé dans les années 1960, ce quartier novateur, clairement inspiré de Le Corbusier, conjugue au « plus que parfait » la qualité de construction – des moyens exceptionnels avaient été engagés à l’époque – et le respect des habitant·e·s. Les barres métalliques du Lignon constituent l’immeuble d’habitation le plus long d’Europe… et pourtant, elles offrent une vue dégagée sur la nature et l’horizon. Malgré ce gigantisme, une vie de quartier harmonieuse et multiculturelle s’est solidement installée. En son cœur, la Salle du Lignon, vaste espace de lumière et de bois, qui a fait craquer bien des amoureux·ses de musique et de danse.

A